ARTICLES

Search
  • Pascal Latouche

Le 1% restant ...


En plus dix ans à croiser #développeurs et #startup, tout un chacun comprendra que je me suis beaucoup interrogé sur ce qui faisait le succès ou l’échec de ces entrepreneurs.


C’est une vaste question à laquelle beaucoup - les développeurs / start-up car c’est leurs avis qui m’importent - répondent d’un revers de main (d’expérience). Il semblerait que cela dépende du porteur (ou #CEO), de l’équipe, de la solution. D’autres rajoutent que cela dépend du porteur, de l’équipe, de la pertinence de la solution par rapport au marché (potentiel, concurrence, etc …). Enfin, certains vont encore plus loin et disent que cela dépend du porteur, de l’équipe, de la pertinence de la solution par rapport au marché, et du bon moment …


Je suis bien d’accord avec tout cela … mais pas complètement (sinon il n'y aurait pas cet article...). J’ai rencontré trop de développeurs, trop de start-up, en somme tant de projets de vie, pour me contenter de ces réponses rationnelles. Ces réponses sont d’ordre #marketing et j’en ai une certaine connaissance pour avoir bossé dans des environnements différents en marketing depuis 20 ans. Ces réponses ne couvrent qu'une partie de la question selon moi.


Dans le cadre de la rédaction d’un nouvel ouvrage qui se concentre sur les profiles et interactions entre entrepreneurs et salariés de grands groupes, je me suis souvenu de quelque chose que m’a un jour dit une entrepreneure.


Cette entrepreneure m’a dit : « Je crois que ce qui fera le succès de ma start-up, c’est moi en tant que fondatrice compétente, mon équipe à venir, ma solution que je crois pertinente. Cette solution peut répondre à un marché au regard de la concurrence. Et en plus, c’est vraiment le bon moment au regard des signaux faibles car il y a un besoin de la cible. Ce qui est important aussi, c’est bien sûr ma conviction dans la réussite, le développement de mes relations, et savoir bien décider sur les opportunités bien sûr ! »


Je lui ai dit : « Donc tu réussiras. Ton projet de vie, tu en feras aussi ton gagne-pain et çà c'est super ! »


Et là, je garderai toujours dans ma mémoire désormais cette réflexion qu’elle m’a faite et sa posture physique. Elle baissa légèrement le menton avec fierté et me dit « Je sais qu’il manque toujours quelque chose qui fera que l’on réussira ou non. Je vois autour de moi que ce n’est pas simple pour les entrepreneurs. Sais-tu ce que c’est Pascal ? ». Je lui ai fait « non » de la tête ... mais soucieux de pouvoir apporter tout de même une réponse, j’ai poursuivi en la questionnant : « Pour quoi – en deux mots – tu te bats ? ».


La réponse de cette entrepreneure fut spontanée : « Je me bats pour mon fils ! ». Alors lui dis-je en des termes moins synthétiques (Je l’avoue - je vous évite le bla-bla...) : « Ne cherches pas à prédire l’avenir pour mieux le contrôler, tu dois contrôler l’avenir pour mieux le prévenir … et cela suppose parfois d'aller au-delà des poncifs spontanés (possible / pas possible) ».


Cette approche n’est pas de moi, mais issue de mes lectures et observations terrain. C’est une réponse que j’ai faite et qui repose sur l’effectuation de Saras Sarasvathy. Certains me diront qu’elle est réductrice par rapport à la pensée de Sarasvathy, ou qu’elle n’est pas conforme à la pensée initiale. Peu m’importe, car ceux qui écrivent sur le fond souhaitent justement que le lecteur aille au-delà de leurs écrits … J’ai cette chance de vivre dans plusieurs mondes (Grand groupe, Start-up, Académique).


Ma conviction : je crois que le 1% (restant) - qui fait le succès d’un entrepreneur - se trouve, au-delà des raisons rationnelles (99%), dans ces deux impératifs : d’une part savoir pour quoi / qui on se bat, et d’autre part de ne jamais oublier qu’il vaut mieux contrôler l’avenir pour mieux le prévenir, et ce, en allant au-delà des poncifs spontanés.


J’ai beaucoup de fierté à avoir croisé autant de talents basés sur des projets de vie. Ma mission / vocation, c’est celle de la fleur (illustration), mais elle a aussi besoin d’être nourrie car elle cherche à continuer à pousser en plein forêt et cela n’a rien d’évident.

4 views

copyright 2018 Pascal Latouche

  • Twitter Clean Grey
  • LinkedIn Clean Grey